Oai of Life, Marseille vu d’un autre oeil

 

Joan Ceccaldi est un jeune graphiste marseillais de 33 ans. Quand il revient à Marseille, après ses études aux Beaux-Arts à Rennes, il se rend compte à quel point il aime sa ville. Ça peut sembler étrange, mais quand vous êtes un pur produit marseillais, parfois votre ville perd de son charme. Moi qui suis née et qui ai grandi dans la cité phocéenne, je peux vous dire que je sais exactement de quoi il retourne. Marseille pour certains se résume au soleil, au pastis, aux cigales, au stade Vélodrome, aux calanques…à « Plus belle la vie ». Et pour d’autres c’est le bruit, les rues pas toujours nickel, les murs remplis de graffitis (pas toujours artistiques) et aussi les travaux. Ces dernières années Marseille a beaucoup changé car la deuxième ville de France avait pas mal de retard sur l’organisation de ses transports publics et l’aménagement de son centre-ville.

Le créateur marseillais a trouvé le terme parfait pour définir le « way of life » marseillais avec sa marque Marseille Oaï of Life. Pour ceux qui ne seraient pas familié avec l’argot « made in chez nous », je me propose de vous faire découvrir son sens avec une petite phrase contextuelle 100% marseillaise : « C’est le oaï dans cette ville ! A cause des travaux, les routes sont cafies de monde. Si tu veux aller te caler en plein cagnard sur une plage, tu dois t’encaper 8h de bouchons ».

Traduction : « C’est vraiment le désordre/chaos dans cette ville ! Si tu veux te poser sur une plage au soleil, tu dois supporter une heure d’embouteillages »

Le « Oaï » est un terme d’origine italienne que l’on peut traduire assez grossièrement, mais légitimement, par « bordel ». Il faut bien l’admettre, le graphiste ne pouvait pas être mieux inspiré. Ce que je trouve intéressant dans le travail de Joan Ceccaldi, c’est que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, ses créations revendiquent la beauté bordélique de Marseille. Il arriverait presque à nous convaincre que c’est fait exprès, que les travaux traînent dans le temps pour l’esthétisme urbain. Son travail de création part d’une photo de bâtiments en destruction ou en construction, de panneaux de signalisation et d’engins de chantier qu’il retravaille, découpe, assemble et recolore. Profondément attaché au patrimoine marseillais dans son ensemble, le jeune graphiste marseillais crée aussi à partir de symboles emblématiques immatériels, comme des expressions, des jeux de mots ou des paroles de chansons. Des sujets variés prenant vie sur des supports eux aussi variés : t-shirts, tote-bags, cartes postales, toiles de bâche, objets déco, ou encore sérigraphies imprimées en tirage limité et numéroté.

Une chose est sure, le minot de Marseille aime sa ville et souhaite le faire partager à travers des créations originales, qui montrent avec sincérité tout le charme et le caractère de la cité phocéenne.

Vous pouvez découvrir les créations de Joan Ceccaldi sur son site https://oaioflife.com/ et trouver quelques-unes de ses pièces dans 3 points de vente à Marseille :

 

UNDARTGROUND
21 Rue des Repenties 13002 Marseille
Ouvert tous les jours sauf le mardi – 10h00 à 20h00

L’ORNITHORINQUE 
16 rue Lulli 13001 Marseille
lundi 11:00 – 14:00, 15:00 – 19:00 | du mardi au samedi – 10h00 à 19h00

RODOLPHE AU GOLFE
36 rue des 3 rois 13004 Marseille
du mardi au samedi – 16h00 à 19h00

 

By Barbara Timedian

Post a Comment

Name

E-mail Address

Website